Écrit par 5:42 Lifestyle

La marinière : Une tendance chic et décontractée

marinière femme

La marinière, au-delà d’être un habit à la tendance actuelle dans les stations balnéaires, est un véritable tricot chargé d’histoire et de significations.

Aussi couramment surnommée tricot rayé, la marinière est un maillot de corps à rayures bicolores bleues et blanches. Mais ce n’a pas toujours été le cas…

Manches longues, manches courtes, sans manches… Blouson, veste, sweat, tunique, tee-shirt, pantalon taille haute, débardeur col rond… Pour homme, pour femme et enfants… La marinière est souvent portée innocemment, cet apparat relève pourtant d’une multitude de détails qui ne sont pas anodins.

Une authentique marinière se reconnaît à sa matière qualitative mais également au nombre de rayures qu’elle contient.

Elle doit compter exactement vingt rayures sur le torse et le dos larges de dix millimètres et espacées de vingt millimètres. Au niveau des manches, c’est quatorze rayures espacées de vingt millimètres qui doivent figurer.

Souvent apparentée à un symbole Français avec le béret et la fameuse baguette de pain sous le bras, la marinière est en réalité un emprunt de la marine Tsariste.

Portrait d’un tricot rayé dont les valeurs remontent au XVIIe siècle.

salut d'un matelot en marinière

Origine profonde d'un habit évolutif

À l’origine la marinière était une chausse en tricot. Cet apparat avait la réputation de parfaitement protéger les travailleurs. Il était au nombre de deux et couvraient aussi bien les jambes que les bras.

Puis la vareuse (sorte de tee shirt manches longues), plus adaptée aux mouvements, a vu le jour. Plus courte, et en toile, la vareuse coupe du vent et de la pluie. 

Ce n’est que vers le XVIIe siècle que le maillot de corps se fraye un chemin. Couvrant uniquement le buste, c’est un tissu en maille qui vient s’ajouter sous la vareuse. 

Ce n’est que plusieurs siècles plus tard que la marinière portera son nom, arborant des rayures traditionnelles. 

Ces traits évoquent l’horizon maritime et permettent de mieux repérer les hommes tombés en mer.

Comme son nom le précise, la marinière devient alors un uniforme porté par les marins d’État et devient une signe distinctif de repère lors de missions en mer.

marin a bord d'une navire belle époque
remise tenue marinière matelots
matelot marine nationale

La marine Russe à l’initiative de l’uniforme

Il est essentiel de préciser que ce costume a été emprunté à la marine Russe. Qui, elle-même s’est inspirée des marins et marchands de Bretagne

Ces derniers arboraient déjà ce style de vêtement (non rayé) depuis l’arrivée de Guillaume le conquérant à Saint-Jacques de Beuvron au XIème siècle.

Sans coïncidence, Saint-Jacques de Beuvron est aujourd’hui la célèbre ville de Saint-James

Initialement, les locaux utilisaient la laine des moutons vivants dans les prés salés pour concevoir des tricots et des bonnets. Ils étaient destinés aux premiers pêcheurs et marins qui allaient affronter les marées capricieuses de cette région. 

Mais c’était sans compter sur les premières troupes navales Russes qui ont décidé d’adopter ce style de vêtements robuste, dès le XIXe siècle. Pour se distinguer, le maillot de corps est de couleur foncée, le plus souvent noir ou bleu-noir et possède les fameuse rayures blanches.

Un apparât qui fait son grand retour en France

Au XIXe siècle, dans le but d’obtenir une cohérence internationale, la marine militaire Tsariste fut alors suivie par les groupements militaires Britanniques et Français.

Un bulletin officiel de la marine datant du 27 mars 1858 introduit le tricot rayé bleu et blanc dans la liste officielle des tenues de matelot de la Marine nationale Française

Pour répondre aux exigences de l’état, le tricot doit être rayé d’un bleu indigo et de blanc comportant chacune 21 rayures alternées. Les manches doivent s’arrêter aux  trois-quarts et posséder une encolure évasée pour  dépasser légèrement sous la vareuse. Cette dernière perdure comme un élément essentiel de la tenue de matelot et des quartiers-maîtres Marine nationale.

À cette époque, c’est le symbole d’une grande fierté militaire pour ceux qui la portent.

marine nationale matelot

 Progressivement elle s’instaure comme étant l’image de la masculinité au sens large. (Signe de bravoure face aux intempéries et aux grandes guerres).

Le tremplin de la marinière “à la Française”

Depuis toujours, le tricot rayé est fait d’une seule pièce. Sans couture ni bouton, il rassure pour agir à bord d’un navire sans craindre de se prendre dans les cordages.

Chez les stylistes de l’époque, on évite de le déformer en reprenant uniquement le col marin.

Gabrielle Chanel précurseure pour féminiser le tricot rayé

Au milieu de la première grande guerre mondiale, la célèbre couturière Coco Chanel va oser lancer la mode de la marinière au féminin

En 1916, au sein de sa petite boutique de la station balnéaire de Deauville, elle lance le style marin.

Elle tente de bousculer les genres affirmés en portant un pantalon à pont et un tricot rayé au col marin qu’elle achète dans les boutiques voisines du port.

Coco Chanel se risque en détournant un vêtement de travail masculin aux nombreux symboles, pour le faire porter par des femmes issues de la haute bourgeoisie.

Cependant, elle ne créera jamais de collections aux lignes maritimes à proprement parler. Elle va tenter d’utiliser des tissus aussi simplifiés pour porter la femme dans une praticité identique à celle des matelots. Ainsi, Gabrielle Chanel réussit à libérer le corps de la femme.

coco chanel marinière

Gabrielle Chanel en pantalon à pont et marinière

bourgeoise en marinière coco chanel

Femme de la haute bourgeoisie ayant adopté le style marin de Coco Chanel

La rayure synonyme de luxure

Grâce à Coco Chanel, la folie se répand sur tout le territoire avec unbe nouvelle collection à intégrer dans les garde-robe. 

Au fil des années, les femmes tentent de s’accessoiriser avec des éléments rayés. 

Quelques décennies plus tard, Karl Lagerfeld est le premier à s’essayer à une collection de prêt-à-porter mixte. “Croisière” revisite la marinière telle qu’on l’a connaît actuellement. Et comme pour honorer l’élan donné par Chanel, Karl Lagerfeld veillera à diversifier ses mannequins et ses modèles (hommes / femme / pantalon / jupe…)

Dans les années 60’, c’est un énorme qui propulse la marinière comme étant un habit incontournable du vestiaire féminin. 

En 1963, Jean-Luc Godard fait apparaître la marinière à l’écran. Brigitte Bardot en est l’emblème officiel dans le film Le Mépris.

De grands couturiers Français au service du tricot rayé

Trois années après, en 1966, Yves Saint Laurent effectue des travaux sur le légendaire tricot rayé. Il sublime la marinière dans la haute couture avec la collection “Matelot. Il offre un air très chic et décontracté à la marinière, et tente d’effacer ce côté “matelot prolétaire” avec des rayures à sequins, des robes et des matières diverses.

Face au succès, c’est alors Jean-Paul Gaultier qui s’empare du stylisme des rayures. En s’inspirant de la façon la plus fidèle de l’uniforme, il reprend l’idée de Yves Saint-Laurent en jouant sur les rayures horizontales.

Dès 1983, ce vêtement marin devient l’élément phare de sa collection “Boy Toy

À la fin de chaque défilé, le couturier vient lui-même habillé en marinière saluer son public. 

À présent, la marinière fait partie intégrante de l’univers de Jean-Paul Gaultier. Il ira jusqu’à créer une ligne de marinière pour enfants.

jean paul gaultier marinière

La première femme qui franchit le cap de la ressemblance à la marine nationale : C’est Sonia Rykiel. Sa marque de fabrique aux rayures multicolores sur fond noir, penche vers une véritable marinière aux couleurs blanche et bleue.

choix marinière boutique femme
tenue chic decontractée style marin

La marinière, symbole fort du “Made in France”

Outre les grandes maisons de couture, de petites entreprises Françaises fabriquent des marinières traditionnelles depuis des siècles.

Parmi elles, on ne peut passer à côté de Saint-James dont la matière de laine est à l’origine de l’emprunt effectué par les troupes militaires Tsarines.

La marque Saint James est fondée en 1889 par Léon Legallais, qui souhaite créer des vêtements pour les marins normands et bretons.

logo saint james marinière
pull marin homme
marinière homme

S’en suivra  :

  • Armor Lux fondé par Walter Hubacher en 1938 spécialisé dans les sous-vêtements marins. Avant que la production se diversifie en 1965, avec l’acquisition d’une teinturerie qui fera décoller les ventes.
  • Sur la même période, en 1939, Orcival est créé par Charles Bert à Paris. En 2021, ils produisent toujours en France des marinières de Jersey d’une telle qualité, qu’il sont les fournisseurs officiels de la marine nationale Française

C’est à ce propos qu’en octobre 2012, le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg apparaît en marinière en Une du Parisien magazine et pour aller sur les marchés locaux.

Dans son combat pour relancer une économie locale et nationale, il décide de plaider pour une consommation “Made in France”. 

L’impact est retentissant puisque dès lors, la marinière est devenue l’habit symbolique du Made in France.

arnaud montebourg marinière
(Visited 323 times, 3 visits today)